En ce moment

Prochains événements

    Art numérique

    Peter Yarrow

    Peter Yarrow né le 31 mai 1938, chanteur et compositeur américain, expose pour la première fois son oeuvre peinte, mèlant portraits sensibles et éclats de couleur.

    Avec le trio folk Peter, Paul and Mary il a acquis sa notoriété dans les années 1960. Ils ont rendu célèbre la chanson de Bob Dylan « Blowin’ in the wind «. Yarrow a co-écrit l’un des plus grands tubes du groupe : «Puff, the Magic Dragon».

    Rénovateur du mouvement folk, conservateur de la chanson américaine, vulgarisateur de jeunes auteurs de talents, Peter, Paul And Mary mérite sa place de trio le plus populaire de l’histoire du folk américain.

    Porte-parole de la nouvelle gauche des années 1960, Yarrow est un militant pour des causes sociales et politiques. Il a apporte son soutien à des causes qui vont de l’opposition a la guerre du Vietnam a la creation de l’Operation Respect, une organisation mondiale, “dont laugh at me” qui promeut la tolerance et la civilité dans les écoles.

    En 1963, le trio marcha avec Martin Luther King à Selma. Les trois ont participé à d’innombrables manifestations contre la guerre au Vietnam. Bien que leur activisme aie provoqué un flot constant de menaces de mort, ils n’ont jamais cédés.

    Peter Yarrow, Shannon

    Peter Yarrow, Shannon

    Peter Yarrow, Shaman Grieving

    Peter Yarrow, Shaman Grieving

    Bruce Clarke

    Bruce Clarke Plasticien et photographe né à Londres en 1959, il est issu d’une famille de militants sud-africains, exilés un an plus tôt.

    Il s’installe en France après des études aux Beaux Arts de l’Université de Leeds où il est initié au mouvement d’Art&Language, art conceptuel dans lequel s’inscrira son œuvre.

    Artiste engagé, Bruce Clarke témoigne, dans ses créations, de l’histoire contemporaine et interroge. Il expose depuis 1989 en France et à l’étranger.

    Engagé dans le mouvement anti-apartheid, Bruce Clarke s’implique profodément dans l’organisation «Rencontre Nationale Contre l’Apartheid». Dans le même temps, militant contre les signes annonciateurs du génocide au Rwanda, il créé un mémorial du génocide « Le jardin de la mémoire » en 2000 puis en 2014 avec le collectif «Les Hommes Debout», il redonne corps et visages aux disparus par de gigantesques peintures murales sur les lieux de mémoire du génocide à l’occasion du 20e anniversaire.

    Il intègre son engagement politique dans sa recherche plastique qui se situe dans un courant de figuration critique. «Ma technique est celle de la figuration critique. Figurer, représenter, c’est déjà dénoncer et condamner l’inacceptable».

    Bruce Clarke vit son œuvre. A travers elle, il plonge en temps réel dans la vie, les évènements, les drames. Véritable parcours d’un ressenti, sa création mêle images et mots, lacérés, déchirés, déconstruits et reconstruits selon sa sensibilité.

    Bruce Clarke, Adult Masterpiece

    Bruce Clarke, Adult Masterpiece

    Bruce Clarke, Big Bad Wolf

    Bruce Clarke, Big Bad Wolf

    Bruce Clarke, Blood Off My Telephone

    Bruce Clarke, Blood Off My Telephone

    Jack Smith

    Jack Smith Peintre de talent, il est célèbre à Taos, New Mexico, où il réalise des portraits d’Américains de toutes origines, recherchant toujours la force et l’authenticité des visages.

    Jack Smith, Adrian, Huile sur cuivre

    Jack Smith, Adrian, Huile sur cuivre

    Jack Smith, Genevieve, Huile sur cuivre

    Jack Smith, Genevieve, Huile sur cuivre

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En reflétant une connaissance profonde de l’histoire de l’art et un sens de la peinture que l’on peut qualifier d’alchimiste, Jack Smith s’est forgé sa propre place parmi les plus grands artistes contemporains vivants aux états-unis.

    On l’a surnommé le Lucian Freud américain pour son interprétation candide et énergique de l’expèrience humaine.

    En 2004 Smith a reçu le prestigieux Past Achievement Award de la fondation Peter and Madeleine Martin Foundation for the Creative Arts à San Francisco, à la suite d’une importante exposition personnelle intitulée : Jack Smith : Taos Portraits, qui eut lieu au Harwood Museum of Art, à Taos, New Mexico.

    Ses peintures font partie de collections publiques et privées nationales et internationales. Son œuvre est apparue dans de nombreuses publications dont Rolling Stone, Trend Magazine, Narrative Magazine, et bien d’autres. Il fait actuellement le sujet d’un documentaire que réalise David Schweitzer.

    A l’origine portraitiste, les sujets de Jack vont du cèlèbre à l’inconnu, en passant par les gens de la rue. Parmi ses sujets les plus célébres: Le laureat du prix Nobel Derek Walcott, l’acteur Dennis Hopper et son fils Lee Hopper, l’acteur et artiste Dean Stockwell et sa famille, le musicien David Crosby, le philantroposte Tom Merrideth et sa famille.

    Jack habite avec sa femme Kim à Taos, New Mexico.

     

    En 2012, il réalise exclusivement pour dorothy’s gallery deux portraits de Barack Obama.

    Jack Smith, Obama

    Jack Smith, Obama

    Plus d’infos: http://jackrichardsmith.com/

     

     

     

     

     

    Joshua Smith

    La palette de couleurs de ce peintre originaire du Connecticut dessine un monde de rêves, de souvenirs et de métaphores poétiques.

    Joshua

    Après 30 expositions collectives et une douzaine de solos, il est lauréat du Grand Prix de la New York International Art Expo en 2007, et de la Médaille de l’Association des Arts, Sciences et Lettres pour sa participation à l’exposition de la Société des Beaux Arts au Carrousel du Louvre en 2012.

    Plus d’infos: http://www.joshuasmithfineart.com/

    JoshuaSmith_LaCachette_BD

     

     

     

     

     

    Zwy Milshtein

    Artiste d’origine moldave, vit et travaille à Paris

    milshtein_autoportraitZwy Milshtein – Autoportrait

    Originaire de Moldavie, Zwy Milshtein s’installe à Paris en 1955 pour y créer et s’y inspirer du souffle de l’Occident. Cette terre sera une source éminente, sans que jamais l’artiste ne se départe d’un folklore originel chatoyant et mêlé.

    Les tableaux de Zwy Milshtein, qu’ils soient peintures, gravures ou ici digigraphies, fourmillent de personnages qui se répondent. Leur présence renvoie à une myriade d’histoires qui s’enchevêtrent comme autant de fantômes de nos vies, autant de pions que nous sommes sur l’échiquier de la vie.

    Zwy est joueur, et nous invite à entrer dans sa partie.

    “Zwy Milshtein transporte dans sa peinture son errance et ses croyances. Homme de conviction, il voyage dans le monde de l’art à son rythme, hors les stratégies et les fluctuations des modes. Son écriture picturale est personnelle, car elle jaillit de sa vie. C’est aussi une poésie jubilatoire.
    Milshtein n’est pas un peintre-décorateur, il peint parce que chez lui, c’est une nécessité vitale et impérieuse: un acte d’amour.
    L’oeuvre de Milshtein, c’est le cri du silence, une oeuvre qui témoigne, qui fortifie le regard, à la fois livre de bord et journal intime.
    «Je considère ma peinture comme une peinture expressionniste avec l’influence des peintres comme Bosch, Brueghel, Goya et Soutine». D’illustres aînés qui ont laissé une trace intemporelle et indélébile dans l’histoire de la peinture ».
    Frédéric Altman

    milshtein_1.Zwy Milshtein – post
     
    milshtein-bandeautZwy Milshtein –  Au dessus de Paris – Mon petit Chaton – In Vino Veritas