Art numérique

Art Stories, fantasmes dévoilés …

10 octobre – 6 décembre 2009

Dossier de presse à télécharger

.Commissaire, Véronique Grange-Spahis
Les fantasmes dévoilés de quatre artistes contemporains
Peintures, sculptures, estampes numériques

L’art comme un exutoire fantasmagorique.
L’art comme une rencontre… entre réminiscence enfantine, mythologie et déchirures.
L’art nous raconte des histoires.
L’exposition Art Stories dévoile chimères, obsessions, fantaisies de quatre artistes contemporains. Un bréviaire onirique qui prête à une pérégrination artistique dans leurs univers.

CLAUDE COMO
SEBASTIEN KITO
ZWY MILSHTEIN
ISABELLE TUROVER

.
L’exposition sera ponctuée par des évènements artistiques et culturels :
Conférence sur la Digigraphie, musique, soirées en présence des artistes, …

.

Programmation

Vendredi 16 octobre 2009 18:00-21:00
Rencontre avec Sébastien Kito

Découverte de la démarche de Sébastien KITO et de ses sculptures. En compagnie de Claude-Charles Mollard, Richard Khaitzine et Bruno Garrigues.
Sur grand écran projection de la vidéo réalisée dans l’atelier de Sébastien Kito par Claude Yvans.

Sébastien Kito a réalisé sa première “Aurore” monumentale de 1m50 à l’occasion de cette exposition, à découvrir dans le jardin de la galerie.
L’artiste présente également pour la première fois sa série de diamants et cristaux, quand la main de l’artiste compose tel un diamantaire des prismes éclatants qui invitent au rêve et à l’imaginaire.

_________________________________________________________________

Vendredi 23 octobre 2009 18:00-21:00
Rencontre avec Zwy Milshtein

Dans le cadre de l’exposition « Art Stories », dorothy’s gallery propose de rencontrer chaque artiste au cours d’une soirée.
La soirée avec Zwy Milshtein, vivante et conviviale, mêlera la découverte d’un grand artiste, celle de la Digigraphie et de la culture traditionnelle juive ashkénaze, d’Europe de l’Est.

Au programme :

– 19h : Conférence par Epson. Découverte de l’estampe numérique : la Digigraphie.
Nouvel horizon pour les artistes, amateurs d’art, galeries et musées

– 20h : Musique avec le groupe “Cocktail Mazel Tov”
Le klezmer est une tradition musicale des Juifs ashkénazes d’Europe centrale et de l’Est

– Cocktail et dégustation de mets traditionnels d’Europe de l’Est, Yiddish

La Digigraphie à l’honneur avec Zwy MILSHTEIN

Dorothy’s gallery est l’une des rares galeries qui présente des digigraphies, estampes numériques, dont la technologie de pointe a été développée par Epson.
Une estampe numérique s’apparente à une lithographie, et comme son nom l’indique, est réalisée sur un ordinateur. L’artiste garde son écriture propre et sa gestuelle. Des tablettes graphiques permettent de travailler directement sur l’écran qui se substitue à la toile et au pinceau.
Ainsi la digigraphie est une œuvre d’art à part entière numérotée, référencée et signée par l’artiste.

 .

“Cocktail Mazel Tov”, formation instrumentale de musique populaire juive ashkénaze

Une musique traditionnelle de l’Europe de l’Est, dansante et conviviale, joyeuse, gaie, énergique, puissante mais aussi lancinante, nostalgique, plaintive et toujours digne.
Ni tristesse ni mélancolie dans leur façon d’exprimer l’énigme et la réalité de la Shoah : “Cocktail Mazel Tov” la pose dans sa musique et la pense à travers des émotions. L’histoire qu’ils relatent, qu’ils tendent à faire ressentir dans cette musique ne se veut pas réaliste. Elle est le fait de l’imaginaire qu’ inspire cette histoire, ces mélodies, cette culture juive.
.

A la rencontre de Zwy MILSHTEIN, l’homme aux mille portraits

Originaire de Moldavie, Zwy Milshtein s’installe à Paris en 1955 pour y créer et s’y inspirer du souffle de l’Occident. Cette terre sera une source éminente, sans que jamais l’artiste ne se départe d’un folklore originel chatoyant et mêlé.
Les tableaux de Zwy Milshtein, qu’ils soient peintures, gravures ou ici digigraphies, fourmillent de personnages qui se répondent. Leur présence renvoie à une myriade d’histoires qui s’enchevêtrent comme autant de fantômes de nos vies, autant de pions que nous sommes sur l’échiquier de la vie. Zwy est joueur, et nous invite à entrer dans sa partie.

Entrée libre

______________________________________________________________________

Vendredi 6 novembre 2009 18:00-21:00
Rencontre avec Isabelle Turover
Entrée libre

Au programme :

– Conférence sur la Figuration Narrative
Par Jeff Le Mat, Docteur en Psychosociologie et Ethnosociologie, photographe et auteur.

– Concert live
« meeTing quoTaTions » : Claire (chanteuse, artiste peintre et scénographe) et Hamilton (musicien et vidéaste), un univers post-cyber-indus, qui mêle guitare et sons électroniques, …

.

 

ISABELLE TUROVER
Née en 1963 à Strasbourg / Vit et travaille à Paris

Un cervelas qui vole, un trophée de la vache qui rit, des super héros …, s’y rejoignent ces personnages sur papier plus ou moins glacé des images de publicité, de comics, de livre d’art, et autres supports du monde des médias et de notre imaginaire collectif. Isabelle Turover se réclame -c’est le juste mot- de la figuration narrative. Ses toiles fortement colorées racontent des histoires qui pourraient paraître improbables si ce n’est qu’elles font partie intégrante de son Histoire personnelle.

.
________________________________________________________________

.
Vendredi 20 novembre 2009 18:00-21:00
Rencontre avec Claude Como
Entrée libre

Grande composition, huile sur toile, 130 x 195 cm

Au programme :

Projection, 2 films sur Claude COMO « Rosacerdoce » et « Sept ans de peintures »
Lecture de textes de Claude Como par elle-même
Intermède musical
Catherine – Frédéric / Chant – piano
Des mélodies suaves aux parfums de Bossa nova, c’est à un voyage doucement
exotique que nous convient Catherine, chanteuse martiniquaise, et Frédéric,
pianiste d’origine espagnole.

un moment de grâce Lou et Amélie 130x97cm bdAmélie et Lou, huile sur toile, 97 x 130 cm

.

CLAUDE COMO
Née en 1964 à Marseille / Vit et travaille à Paris

.
Dans les peintures de Claude Como les femmes et les enfants ont cette apparence de douceur et de sérénité qui nous interpellent et nous envoutent jusqu’à ce que notre oeil bifurque vers les éléments qui les côtoient.
Inquiétante étrangeté mais nulle angoisse.
Son univers tire vers le surréalisme. La juxtaposition des éléments peut sembler incongrue au premier regard : ainsi, une femme nue, alanguie, lisse, limite soumise, accompagnée d’une sauterelle géante.
Elles ne se touchent pas mais cohabitent dans un espace chromatique osé et puissant. Le mystère est ici présent et plusieurs scénarii envahissent notre esprit…

Ode et la fourmi, huile sur toile, 116 x 97 cm

Ode et la fourmi 100x89cm bd  2008

.