PROLONGATION jusqu’au 5 janvier ! STAND UP Engagement for democracy

affichea2-bd-finalePROLONGATION jusqu’au 5 janvier 2017

Soirée de clôture le jeudi 5 janvier à partir de 18h : concert, rencontre avec les artistes, …

 

STAND UP Engagement for democracy , un témoignage artistique et actif de l’engagement pour la démocratie.

On parle de nous !

Télérama Sortir
Résistance ! 10 expositions qui refusent la fatalité du monde
Baby Eyes Paris

Le résultat des élections américaines  est un tremblement de terre pour nos démocraties.

Le citoyen, par son vote, a montré qu’il était prêt à répondre OUI à des propositions qui mettent à mal nos valeurs et nos droits fondamentaux acquis au fil des siècles et dont nous sommes fiers.

Aussi le moment est particulièrement approprié pour cette exposition STAND UP Engagement for democracy où chaque artiste présenté est engagé dans son œuvre et dans sa vie.

 

La galerie propose, tout au long de l’exposition, des soirées dédiées à ce thème en présence des artistes, écrivains, enseignants… Elles feront l’objet d’échanges, discussions sur l’analyse qu’ils font de la situation.

Continue reading PROLONGATION jusqu’au 5 janvier ! STAND UP Engagement for democracy

EXPOSITION-VENTE – “My Planet, I love you” / La Planète, mon Amour

Affiche

Exposition “My planet, I love you”

Artshop et artisanat du monde pour tous les budgets

11 décembre – 10 janvier

En partenariat avec Caribbean Green Action Initiative

 

Agir en faveur de l’environnement

Dorothy’s gallery, American center for the Arts s’engage dans la lutte internationale pour le climat. À travers l’exposition « My planet, I love you » qui met en lumière des artistes internationaux, elle démontre l’urgence de la cause environnementale et s’inscrit dans l’esprit de la COP 21.

Des associations haïtiennes et guyanaises, représentantes des pays touchés par l’arrivée massive des algues sargasses, sont invitées à la galerie pour vendre l’artisanat de leurs pays. Hautement toxiques, ces algues prennent possession de l’arc Caraïbe, de la Républicaine dominicaine à la Barbade en passant par la côte mexicaine.

Les fonds récoltés sont en partie reversés à l’association CGain (Caribbean Green Action Initiative) qui soutient l’initiative du recyclage des algues.

Les artistes présentés ont choisi la nature comme inspiration ou utilisent des matériaux naturels, comme le bois ou la mousse végétale pour donner vie à leurs œuvres :

 

Anna Jeretic (USA)
Peintre, graveur, et sculpteur

Anna Jeretic  est une « écologiste de l’art » qui sensibilise le public à la fragilité et la beauté du vivant à travers son œuvre.

Dès l’entrée de la galerie, le public est immergé dans un environnement végétal avec son installation « Green House ».

DSCN05067The Greenhouse effect, Anna Jeretic

Joshua Smith (USA)

Lauréat du Grand Prix de la New York International Art Expo en 2007, et de la Médaille de l’Association des Arts, Sciences et Lettres, les tableaux de Joshua Smith, inspirés de ses rêves surréalistes, sont l’expression de son amour pour la nature.

Joshua Smith

The Pilgrim’s Destination, Joshua Smith

Andres Bustamante (Chili)

Mis à l’honneur au printemps 2014 par la Dorothy’s Gallery, Andres Bustamante présente ici ses oeuvres organiques et sculpturales qui évoquent son histoire et celle de son pays touché par des fréquents séismes. Entre peinture et sculpture sur bois, l’artiste fait se confronter la solidité des formes cubistes à l’instabilité naturelle qui a marqué sa vie.

andrés_Bustamante

Soon Young Lee (Corée)

Résultants d’un jeu sur le réel, les photographies de Soon Young-Lee illustrent la façon dont l’Homme s’est créé ses propres prisons et elles prônent un retour vers la nature sauvage, avec une végétation qui reprend le contrôle dans une société dénaturée.

The thinking Growing UpThe thinking Growing Up, Soon Young Lee

Eun Jung Lee et Shoi seront également exposés.

Paula Rosa (Portugal)

Artiste et designer, Paula Rosa immortalise à travers son oeuvre la rencontre entre la rigueur technique et le chaos intérieur de l’imaginaire. Ses photographies surréalistes en noir et blanc montrent un monde où les constructions mécaniques et industrielles aliènent la nature et l’être humain.

human DK by Paula RosaHuman DK, Paula Rosa

Gérald Bloncourt (France et Haïti)

Artiste militant et grand ami de la galerie présente ses dessins, digraphies et peintures.

Les nombreux artistes américaines de la galerie, également impliqués dans la lutte pour le climat, seront présentés dans notre art shop annuel : Jack Smith, Scott Kling, Kimberly Gremillion, Katy Anderson, Patrick Medrano, Jen Sloan, Jean Marcelino.

Autour de l’exposition

–    11 décembre 2015 : Vernissage, dégustations de de bouchées haïtiennes, concert d’Olivier Griffith & the American Jazz Trio

–    18 décembre 2015 : Animations musicales et dégustations de bouchées haïtiennes, en présence des membres de l’association CGain

–    19 décembre 2015 : Concert de Shantelle Monique, Danse de Roxy R. Théobald

–   8 janvier 2015 : Soirée Guyanaise, danse carnavalesque, musique, dégustations de spécialités

–   9 janvier 2015 : Clôture de l’exposition “My Planet, I love you”, Contes musicaux de Jude Joseph, Musique des plus grandes voix haïtiennes Toto Bissainthe, Kati Dada, Vente d’art et d’artisanat caribéen, dégustation de spécialités locales, vins.

–    Et jusqu’au 10 janvier : vente d’artisanat et art shop de la Dorothy’s Gallery où de nombreux autres artistes du monde seront présentés pour tous les budgets.

 

 

 

 

 

EXPOSITION – En avant Haïti ! (An’n Alé Ayiti !) du 5 mai au 27 septembre

NOUVEL ACCROCHAGE DU 29 mai au 11 juillet
5 mai > 27 septembre 2015

Réserver votre billet en ligne ici

Téléchargements
Communiqué de Presse
/Dossier de Presse/Programme culturel

Inauguration de l’ Exposition “En Avant Haïti / An’n Alé Ayiti !” from dorothy’s gallery on Vimeo.

Article publié par RFI sur Haïti

Vidéo Exposition présentée dans le journal de France O’
(à 12:15)

Découvrir le Projet éducatif de Haïti Futur (à partir de 05:30)

LOGO-EN-AVANT-HAITI

Affiche_HAITI_RVB 2

> Hommage à Toto Bissainthe
Chanteuse, compositrice et actrice mythique d’Haïti
Une vie engagée, son combat, son exil : témoignages, musiques, photographies
Ecouter

> De l’Art naïf à l’Art contemporain
Peinture, Sculpture, Photographie, Fresques, Artisanat
Elodie Barthélémy, Gérald Bloncourt, Jean Dubic, Jacques Eugène, Gérard Fortuné, Sébastien Jean, Serge Jolimeau, Eddy Saint-Martin, Jean Dubic…

> Soirées Culturelles – Voyage en Haïti
500 ans d’histoire et de création
Musique, Danse, Projections, Lectures/Contes, Conférences
Consulter le programme culturel

>  Projection de films & documentaires
en continu, en Partenariat avec le Collectif 2004 images

“Art naïf et répression en Haïti”, d’Arnold Antonin, “Chronique d’une catastrophe annoncée”, d’ Arnold Antonin, “Rasin Ginen” de Jean-François Chalut, “Des hommes et des dieux” d’Anne Lescot, “Le centre d’art de Port-au-Prince”, Collectif 2004,
“Traversée des mondes” d’Arnold Antonin (film sur Frankétienne)…

 

Une traversée

Du 5 mai au 27 septembre, dorothy’s gallery, American Center for the Arts présente, en partenariat avec l’Ambassade d’Haïti en France et la Fondation Haïti Jazz, l’exposition An’n Alé Ayiti ! (En Avant Haïti!).

Pendant cinq mois, le public découvre les multiples facettes de ce berceau culturel des Caraïbes, son histoire complexe, ses figures emblématiques et sa singulière richesse artistique. Tout au long de l’exposition, de nouveaux accrochages sont proposés et le public peut pénétrer au sein d’un véritable village haïtien grâce à une scénographie créée pour l’occasion par les artistes.

Proposée en partenariat avec diverses associations haïtiennes luttant par le biais de l’art pour le développement et la reconstruction de l’île (éducation, création artistique, infrastructures), l’exposition est un soutien et une main tendue au Haïti du futur, celui qui se reconstruit, qui se développe et qui ne cesse de faire preuve d’une force et effervescence créative remarquable; et qu’une dictature ou catastrophe n’ ont pas su étouffer.

Affiche_ HAITI_RVB

toto bissainte

Affiche_ HAITI_RVB

L’exposition consacrera une place importante à Toto Bissainthe, figure emblématique symbolisant avec perfection l’âme d’Haïti, sa beauté, sa lutte et ses douleurs.  La Fondation Haïti Jazz restitue en photos et témoignages vidéo, l’itinéraire exceptionnel de cette grande musicienne et comédienne. Son œuvre rend hommage aux vies, aux difficultés et à la spiritualité du peuple haïtien.

 Site/Ecouter

 

 

 

 

 un peuple de peintre
La suite est une trame libre, une traversée sans frontières consacrée à l’art haïtien sous tous ses angles. La galerie propose une rencontre et une cohabitation entre œuvres anciennes et contemporaines.

voyage en haiti

> Page des événements
> Télécharger Programme Culturel

Le public viendra découvrir la culture haïtienne, terre d’ histoire et de tradition grâce à un programme culturel foisonnant et pluridisciplinaire : chant, musique et contes (Dominique Sylvain, Atissou, Amos Coulanges, Henri Roy, Jackson Télémaque et Eddy Saint-Martin, Natacha Jeune Saintil, Jude Joseph), des projections de films suivies de conférences (vaudou, l’art en Haïti, hommage à Mimi Barthélémy, Jacques Stéphen Alexis) mais aussi des rendez-vous en continu destinés à tous (ateliers de chant, danse pour les enfants, défilés de mode, dégustation de mets haïtiens…).

 Le parrain

Affiche_ HAITI_RVBNé d’une mère métropolitaine et d’un père guadeloupéen, Gérald Bloncourt est un artiste aux multiples facettes, il manie aussi bien la peinture, la poésie, la photographie que la littérature. Engagé très tôt dans la cause haïtienne, il contribua à la fondation du Centre d’Art haïtien qui favorisa la diffusion de la peinture haïtienne sur la scène internationale. En 2012, il est fait Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, puis en 2015, il est fait chevalier de la Légion d’Honneur.

 

 

 

 

 

les artistes1

 

Elodie Barthélémy 
1965, Bogota (Colombie)

Affiche_ HAITI_RVB

Diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, sa démarche emprunte des ressorts scénographiques et met en relation récits historiques, situations politiques et questionnements philosophiques. Sculpture, installation, peinture et performance reflètent sa conscience de la résilience. Artiste investie dans la relation, elle anime le collectif Haïti Action Artistes, créé après le séisme de 2010.  Franco-haïtienne, Élodie Barthélemy travaille à Paris et dans l’Oise et séjourne fréquemment en Haïti.

Gérald Bloncourt
1926, Bainet (Haïti)

Affiche_ HAITI_RVBNé d’une mère métropolitaine et d’un père guadeloupéen, Gérald Bloncourt est un artiste aux multiples facettes, il manie aussi bien la peinture, la poésie, la photographie que la littérature. Engagé très tôt dans la cause haïtienne, il contribua à la fondation du Centre d’Art haïtien qui favorisa la diffusion de la peinture haïtienne sur la scène internationale. En 2012, il est fait Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, puis en 2015, il est fait chevalier de la Légion d’Honneur.

Sébastien Jean 
1980, Thomassin (Haïti)

Affiche_ HAITI_RVB

Influencé par les masques, costumes et décors de carnaval, il représente un univers singulier peuplé de monstres prédateurs, d’oiseaux de proie et de fantômes errants offrant une vision spectrale d’un monde tourmenté. Artiste prolifique, aussi bien en peinture qu’en sculpture, il expérimente de nouveaux matériaux et varie les sujets de ses œuvres selon les lieux où il est amené à séjourner. Il a exposé notamment à la Fondation Agnès b. à Paris, et au Pavillon haïtien de la 54e Biennale de Venise.

 

Eddy Saint-Martin 
1952, Paris (France)

Affiche_ HAITI_RVB

De père haïtien et de mère guadeloupéenne, il travaille à Paris et à Dakar. Son œuvre exposée à travers le monde se déploie sur différents supports allant de la soie au bois en passant par la toile et le papier, elle propose des formes abstraites et des représentations symboliques de visage et de corps. Eddy Saint Martin a également réalisé des créations textiles pour Paco Rabanne, Cacharel, Kenzo ou Ly Dumas, et s’est engagé dans des spectacles vivants tels que la danse, le théâtre, le cinéma et la musique.

Katherine-Marie Pagé
1967, Charente-Maritime (France)

Madame Georgette revient du marché

Photographe-réalisatrice de films documentaires,  elle vit à Paris mais a passé plus de 10 ans à parcourir Haïti, du Nord au Sud. Juriste destinée à une carrière d’avocat, deux voyages en Haïti et au Bangladesh au cours de la même année comme photographe, l’ont amenée à changer radicalement de vie.  Ses photographies sont un voyage à travers l’âme d’Haïti, là où l’espoir, la vie, la dignité, la joie se reflètent dans la lumière et brillent au grand jour, malgré les chaos en tout genre. Elle est également auteur et éditeur de deux ouvrages, photographies-textes Haïti, lumières… et Haïti…un autre regard (Premier prix catégorie Beaux Livres au Salon International du Livre de voyage à Ouessant)

Henry Roy 
1963, Port-au-Prince (Haiti)

Affiche_ HAITI_RVB

Henry Roy arrive en France avec sa famille dans les années 1960. Après avoir étudié la photographie à Paris, il débute une carrière de photo reporter. En 1996, il publie son premier livre Regards noirs aux éditions Dagorno & L’Harmattan. Il s’agit d’une galerie de portraits noir et blanc réalisés en studio (influencés par les photographies de Richard Avedon et Irving Penn), représentant une sélection hétéroclite de personnalités afro-caribéennes de France. En 1998, il intègre le magazine français Purple qui lui offre une tribune internationale où développer un style narratif plus personnel inspiré de ses voyages rencontres et expériences vécues. Il publie ensuite deux nouveaux livres présentant ce travail : Out of the blue 2008 aux éditions The Spring Press (Australie), Spirit 2009 aux éditions Gottlund Verlag (Etats-Unis) et Mirage, 2014 aux Editions Jane & Jeremy (Angleterre).

Jacques Eugène 
1969, Croix des Bouquets (Haïti)

Affiche_ HAITI_RVB

Né à Croix des Bouquets en 1969, il débute son travail artistique par un apprentissage dans les ateliers de Gary Darius, Médard Ulysses, puis chez les maîtres reconnus Gabriel Bien Aimé et Serge Jolimeau. Jacques Eugène donne un nouveau souffle à la tradition du fer découpé en le combinant avec des matières telles que l’aluminium, le cuivre, le laiton et d’autres objets de récupérations. Ses innovations font de ses créations des œuvres uniques relatant chacune une histoire.

Serge Jolimeau
1952, Croix des Bouquets (Haïti)

Affiche_ HAITI_RVBNé en 1952 à Croix des Bouquets, il est formé par Serisier Louis Juste dès l’âge de 12 ans. Il rejoint par la suite le «Centre d’Art» en 1972. Ses sculptures sur métal, aussi appelées des «Bosmétal» ressemblent à de la dentelle et sont directement inspirées de la culture vaudou dans laquelle il a été élevé. La richesse et la complexité de ses créations en font un des «Bosmétal» les plus recherchés par les collectionneurs.

Jean Dubic

Affiche_ HAITI_RVB

Peintre d’art naïf, Jean Dubic est connu pour ses scènes de marchés et de villages traditionnels. Dans des peintures détaillées et très colorées, il exprime avec application le charme d’Haïti.

Gérard Fortuné
Début 1930, Pétion-ville (Haïti)

Affiche_ HAITI_RVB

Gérard Fortuné dit Gérard, est un peintre autodidacte. Il a commencé à peindre au début des années 1980 dans sa petite maison à Montagne noire. Gérard est un artiste prolifique qui peint des personnages irréels ou imaginaires dans des situations cocasses, avec parfois un trait humoristique. Son travail est imaginatif, unique et fait partie de nombreuses collections en Haïti comme à l’International.

Gary Legrand

photo37

Gary Legrand est né à Petite Rivière de l’Artibonite en Haïti. Arrivé à Paris en 1996, il poursuit son travail déjà commencé en Haïti sur la mise en lumière d’une vision plastique de l’être féminin. Aujourd’hui plus abstraite, sa peinture travaille la matière (sciure de bois, fibres, sisal…) et les couleurs. Sa créativité cherche à s’exprimer sous des formes chaque fois plus diverses, il est également percussionniste. Gary Legrand incarne le renouveau de la peinture haïtienne contemporaine et sa maîtrise le place parmi les références dans le milieu des arts plastiques et le domaine l’art en général.

partenairesBANDEAU DEF LOGOS

Ambassade d’Haïti en France, Fondation Haïti Jazz, Haïti Futur, Haïti Action Artistes, Afhsec/Chaso, Collectif 2004, Carrie

 Informations Pratiques

27 rue Keller, 75011 Paris,
M° Bastille, Voltaire
Mar – sam 13h-19h Dim 16h-19h (sur rdv)

contact@dpgallery.fr
01 43 57 08 51

> Exposition:  Entrée Libre – Réserver votre billet en ligne ici
(Contribution libre appréciée: fonds reversés à l’Association Haïti Futur)

> Événements:
10€
: non adhérent American center for the arts
7€ : adhérent American center for the arts
Gratuit : enfants – 12 ans
Devenez membre de l’American Center: 30€ et bénéficiez
des réductions toutes l’année
> Forfaits: 60€ pour l’accès illimité à l’exposition et à tous les évènements

BLACK & WHITE – Les Maîtres du Noir et Blanc

Black & White

Les Maîtres du Noir et Blanc

 Photographie, Peinture, Dessin, Gravure, Collage, Art Digital

Du 9 au 30 avril 2015

Pour la seconde partie de sa rétrospective, dorothy’s gallery, American Center for the Arts se consacre au noir et blanc, enfants terribles qui font bande à part des couleurs et qui portent en eux nombre de symboliques. Près de 20 artistes internationaux – photographes, peintres, dessinateurs, graveurs, collagistes – nous présentent leur univers pictural.

Comme le dit l’écrivain et historien des couleurs Michel Pastoureau:
«avec le blanc, son compère, le noir nous a construit un imaginaire à part».

Expo _ BLACK AND WHITE_dorothysgallery

Richard Allen, Katy Anderson, Jonathan French, Maurizio Galimberti, Kimberly Gremillion, Burt Hollander,Kanda, Jean Marcellino, Percy Martin, Michel Medinger, Patrick Medrano, Donald Mitchell & William Tyler (Outsider art), Arnaud Prinstet, Alain Quemper, Paula Rosa, Brigitte Rutenberg, Arturo do Seixas, Catherine Seghers, Jen Sloan.

Qu’expriment-ils dans leur quête de traitement du noir et blanc? Un jeu optique ? Une valorisation du contraste? Une dimension poétique ou narrative? Un absolu inatteignable? Une recherche d’intemporalité? Une nostalgie du passé?

Le blanc, gîte matriciel de la lumière, symboliquement associé à l’immaculé, rencontre le noir, nuit féconde, germe du surnaturel, du mystère, de l’élégance et du souterrain.

Une Rencontre
Le noir et blanc, c’est la rencontre de deux extrêmes étroitement liés car ayant besoin l’un de l’autre pour se révéler. Finalement, c’est par le noir que le blanc irradie et c’est le blanc qui donne au noir toute sa profondeur. Et si à eux deux, ils ne créaient pas finalement une seule couleur, un « noir et blanc »… une couleur transcendante et intemporelle.

« Et maintenant que la couleur est omniprésente,
c’est le noir et blanc qui devient révolutionnaire ! »
Michel Pastoureau « Le petit livre des couleurs » – 2005

 

Présentation des artistes

Katy Anderson – Photographe texane qui dépeint des portraits de jeunes Afro-Américains confrontés à des stéréotypes racistes dans une démarche de témoignage social.

7_ANDERSON_SOMEWHERE I CALL HOME_2006

Jonathan French – Photographe américain qui cultive un intérêt pour la communauté noire. Son objectif visite l’intimité dans un devoir de mémoire.

Maurizio Galimberti – Nostalgie et réinterprétation de la réalité pour ce photographe italien spécialisé dans le polaroïd.

Kimberly Gremillion – Conteuse des rives ombragées de l’inconscient humain, elle photographie des troupes de danse et de cirque renommées.

Kimberly-Gremillion-circus-shadow48

Kanda – Maître de l’abstraction, il donne au trait et à la courbe toute leur force.

Jean Marcellino – Au fusain, au pastel au crayon, elle capture l’illusion de volume tridimensionnel des corps sur une surface plane.

Jean-Marcellino3

Percy Martin – Graveur dont les travaux sont inspirés par un riche imaginaire autour des Bushmans africains, leur culture et leurs rituels mythologiques.

Michel Medinger – les fictions photographiques oniriques ou cauchemardesques du photographe luxembourgeois.

Michel Medinger _ Senoritas

 

Patrick Medrano – Dessins de figures féminines hybrides

Donald Mitchell & William Tyler – Art brut – Des dessins au mar­queur noir qui nous transportent dans un monde entre fantaisie et réalité.

William Tyler

William Tyler

Arnaud Prinstet – Face au miroir, il aborde son image comme un mystère constamment renouvelé

Alain Quemper  –  Photographe des années 68 et de ses figures emblématiques.

alain-quemper-en-mai68

Paula Rosa – Un terrifiant mariage entre photographie surréaliste et art numérique prenant place dans un monde post-apocalyptique.

PaulaRosa-META-FOR-300

Arturo do Cruzeiro Seixas – Ce grand surréaliste portugais présente un univers peuplé d’hybrides qui s’enlacent ou fusionnent pour former des corps pluriels.

seixas-sans-titre

Catherine Seghers – Monde enfantin surréaliste pour cette graveuse et illustratrice française.

Jen Sloan – Cette photographe et collagiste américaine prend comme sujets les détails de la ville et les passants. Elle découpe et recombine en jouant sur l’espace, la profondeur et le mouvement.

Et Richard Allen – Photographe et musicien afro-américain, Bert Hollander – Linograveur belge, Brigitte Rutenberg  – Collagiste américaine.

Informations pratiques :
Vernissage le jeudi 9 avril à 18h
dorothy’s gallery, American Center for the Arts
27 rue keller, 75011 Paris
M° Bastille, Voltaire, Ledru-Rollin, Bréguet-Sabin

Horaires :
mar-dim : 16h-19h
mer-sam : 13h-19h

Entrée Libre

Henry Miller, "Aller Retour Paris" Festival

Capture1

photo-millerDorothy’s Gallery, American Center for the Arts, is co sponsoring « Aller Retour Paris » an exhibition,  May 6 cialis 10mg to 10, and a festive evening, May 7, dedicated to the legendary American writer  Henry Miller.

The Henry Miller festival is organised in collaboration with :

– The Henry Miller Memorial Library in Big Sur, California.
Shakespeare and Company,the historic parisien english language bookstore
Mary Duncan, Director of the Paris Writers Group and Paris Writers Press

Art Exhibit – May 6 to 10 – From 13h to 19h daily
You are invited to attend a week-long exhibition of Henry Miller’s paintings, drawings ,photographs with film, audio interviews and books.

Special Evening – MAY 7 at 7pm
Join us at Dorothy’s Gallery for a reception/celebration with talks by speakers from three countries with a film, food and wine on May 7 at 19:00.

Original paintings and lithographs

Affiche- anglais Festival Henri Miller
Dorothy’s gallery, American Center for the Arts is honored to present exclusive original paintings and lithographs of Henry Miller. This timeless artwork was brought from the United States by the Henry Miller family, who desire to continue his legacy, which began during the bohemian years of the 1930’s.

The visitor will discover Henry Miller through his original signed watercolors , lithographs, photographs of his life and loves plus recordings and books.

Henry Miller painted as passionately as he wrote. He produced more than 2,000 watercolors which have not been seen in France since 1967, but are sought after  in the USA and Japan.

His controversal and erotic writing shook the puritanical  America of the 1950’s, highlighting moral hypocrisy, whereas the joyfulness of his paintings reveal his optimisim and his tenderness for mankind.

The «Odyssey of Henry Miller» a 1963 film of his life in Paris, will be shown continuously throughout the show.

Capture
The French public remains passionate about the brilliance of his writings, but is not often aware that Henry Miller also painted from 1928 until two days before his death in 1980. His painting reflects the painters in the first half of the 20th century, such as Klee, Chagall, Dufy,Turner...

The devil writes but the angel paints

This great storyteller of sexuality and eroticism believed “the devil writes but the Angel paints.”
His painting reveals another facet of his personality: a world of imagination and fantasy, a joy of life and humor.

Extraordinarily generous with the art he created, Henry gave his paintings to those he loved. He also traded them for food and supplies in order to live and work.

His watercolors reveal the soul of a joyful child, who brilliantly created « portraits, seascapes,dreamscapes and escapes ». (Lawrence Durrell « The paintings of Henry Miller; Paint as you like and die happy »).

Françoise Py wrote in «The smile at the end of the ladder »: « For Miller, painting is to be born, to live the innocence of a child who discovers the world.[…] »

Join us on May 7 to celebrate Henry Miller

Affiche Soirée Henri MillerDiscover him from the perspective of speakers from Big Sur, Sweden and Paris.

Talks by :

Magnus Toren, President of the Henry Miller Memorial  Library at Big Sur in California,

Mary Duncan, Director of Paris Writers Group and author of  «Henry Miller is Under My Bed»
Listen to the words of Henry Miller telling the little known story of how he published The Tropic of Cancer,

Ida Therén, Swedish journalist will speak on the role of Anaïs Nin who was  instrumental in the publication of  « the Tropic of Cancer ».

Partners

1557262_663551540350979_1110254083_o Paris writers group shake cropped-stamp-200

Henry Miller, Festival Aller Retour Paris


English version here

Capture2

photo-millerDorothy’s gallery, American Center for the Arts participe au Festival « Aller Retour Paris » du 6 au 10 mai consacré au légendaire écrivain américain Henry Miller,  en collaboration avec :

–  la Henry Miller Memorial Library,  de Big Sur en California
–  la librairie historique parisienne Shakespeare and Company,
–  Mary Duncan, Directrice du Paris Writers Group and Paris Writers Press.

Exposition – 6-10 MAI – 13h à 19h tous les jours
Peintures, dessins, photographies, films, interviews audio, livres.

Soirée 7 mai – 19h à dorothy’s gallery
Réception/Célébration : Conférences (speakers internationaux), diffusion d’un film, cocktail

PEINTURES ORIGINALES & LITHOGRAPHIES INÉDITES

 

Affiche Festival Henri MillerDorothy’s gallery, American Center for the Arts a l’honneur de présenter des peintures originales inédites de Henry Miller amenées directement des Etats-Unis en France par la famille de l’écrivain qui a le désir de faire revivre la mémoire de celui qui a vécu à Paris, et tant aimé cette ville à l’ époque Bohème des années 1930.

Le visiteur découvrira Henry Miller à travers  ses aquarelles originales, lithographies, sérigraphies, photographies de sa vie, catalogues et livres. Le film de 1963, « Odyssey of Henry Miller » racontant la vie de l’artiste à Paris, sera également projeté en continu.

L’ artiste a produit plus de 2 000  aquarelles. Ces dernières n’ont pas été exposées en France depuis 1967 (événement au cours duquel la police avait dû contenir la foule qui s’était présentée en masse pour les admirer).
Si ses écrits acerbes ont secoué l’Amérique puritaine des  années 50 en soulignant son hypocrisie morale, ses œuvres picturales révèlent sa tendresse pour l’humanité et son optimisme.

citation 2

Le public français l’estime et se passionne toujours pour la brillance de ses écrits, mais n’a pas eu connaissance jusqu’ici qu’il était également peintre de 1928 jusqu’à deux jours avant sa mort en 1980.
Véritables synthèses de toute la peinture de la première moitié du XXème siècle (on pense à Klee, Chagall, Dufy, Turner…).

LE DIABLE ÉCRIT ET L’ANGE PEINT

Ce grand conteur de la sexualité et de l’érotisme aimait à penser qu’ en lui « le diable écrit mais l’ange peint ».

Coloriste hors-pair, ses œuvres nous révèlent une toute autre facette de sa personnalité : un monde imaginaire où règnent fantaisie, joie de vivre et humour. Extraordinairement généreux avec l’art qu’il créait, il donnait ses œuvres peintes à tous ceux qu’il aimait. Il les échangeait également contre de la nourriture pour vivre.

Ses aquarelles révèlent l’âme d’un enfant joyeux, coloriste extraordinaire, peignant avec ferveur «portraits, seascapes, dreamscapes and escapes». (Lawrence Durrell « The paintings of Henry Miller ; Paint as you like and die happy »).

Françoise Py écrit dans « Le Sourire au bout du pinceau » :  « Pour Miller, peindre c’est naître, c’est vivre cette innocence  primordiale de l’enfant qui découvre le monde. […] »

citation

SOIRÉE LE 7 MAI – 19H

Affiche Soirée Henri MillerDécouvrir Henry Miller par l’intermédiaire de  différents conférenciers internationaux (Etats-Unis, Suède et Paris)

Magnus Toren, Président de la Henry Miller Memorial  Library à Big Sur en Californie,

Mary Duncan, Directrice du Paris Writers Group et auteur du livre «Henry Miller is  Under My Bed»  nous expliquera comment  Henry Miller a publié « Le Tropique du Cancer »  (diffusion d’une interview inédite de 10 minutes),

Ida Therén, journaliste suédoise nous parlera du rôle d’Anais Nin dans la publication du livre «Le  Tropique du Cancer».


PARTENAIRES

1557262_663551540350979_1110254083_o Paris writers group shake cropped-stamp-200